Handball Club Franconville Le Plessis Bouchard

Fiers de Nos Couleurs


< | >

INTERVIEW DE SAFWANN

Publié le 01 mai 2020

INTERVIEW DE SAFWANN

L’interview N1 - 2020-2021 Safwann Khoudar

« Aller le plus haut possible avec l’Elite »

A 29 ans, le jeune entraîneur du Cavigal Nice (en Proligue) chez les garçons et de l’Entente Noisy-Gagny avec les Filles rejoint l’Elite Val d’Oise Handball pour un nouveau projet excitant dans sa carrière. Faisons connaissance avec cet entraîneur sympathique, curieux et passionné, bien plus qu’un entraîneur. Il succède à son ami Daniel Deherme avec envie, détermination et ambition.

 Frédéric Thoos (EVOH) : L’annonce de votre départ de l’Entente Noisy/Gagny et votre arrivée à la tête de l'Élite Val d’Oise Handball ont fait réagir sur les réseaux sociaux et suscité beaucoup d’intérêt. Présentez-vous à notre public et nos supporters.

Safwann Khoudar : « Bonjour à tous, tout d’abord je suis ravi de prendre part à ce projet. Je m’appelle Safwann Khoudar, je suis le nouvel entraîneur de l'Élite Val d’Oise Handball. J’ai travaillé avec le club de Noisy-Le-Grand pendant de longues années, puis au Cavigal Nice cette saison. J’ai eu la chance d’occuper plusieurs rôles et missions dans le Handball. Je suis impatient de tous vous rencontrer ! »

 

F.T. : Vous êtes très jeune. C’est rare pour un entraîneur, quel que soit son niveau, d’autant plus à votre niveau de Proligue avec Nice…

S.W. : « Je ne pense pas que ce soit une question d’âge, mais plus d’expérience. Je suis dans le milieu (de l’entrainement) depuis maintenant 13 ans, en commençant par des catégories de jeunes jusqu’aux Séniors sur des niveaux inférieurs. J’ai ensuite signé un contrat avec le club de Noisy-Le-Grand il y a 9 ans déjà. Le fait que je me sois très vite blessé m’a permis en effet de me consacrer plus tôt que d’autres à l'entraînement. Au final, en y regardant d’un peu plus près, j’exerce ce métier depuis pas mal d’années déjà. »

 

F.T. : Vous avez passé 9 ans à Noisy-Le-Grand. La région parisienne, c’est un contexte particulier a priori. Les clubs représentent plus que des entités sportives. Il y a aussi un aspect socio-culturel rassembleur avec un fort marquage identitaire.

S.W. : « Vous avez raison d’insister là-dessus, car, pour moi, je ne peux pas imaginer mon action au sein d’un club sans parler de l’ancrage territorial. Forcément, cela passe par une bonne compréhension du contexte et en effet, la mission d’un club de haut niveau est également de créer du lien social. Selon moi, notre rôle dans la société est bien plus important que de s'entraîner quotidiennement et de jouer pour gagner des matches. Un club se doit de rayonner sur son territoire et d’apporter d’autres choses... »

 

•. : Sur votre joli CV, on retrouve une équipe masculine de haut niveau et un gros parcours chez les filles. D’où vous est venue cette idée ou cette faculté de passer des garçons aux filles dans la gestion, l’entraînement et le coaching ? Est-ce simple ?

S.W. : « Je suis quelqu’un de curieux avec une réelle envie d’apprendre, toujours.

Donc, quand il s’agit de découvrir de nouveaux horizons, d’autres manières de fonctionner, je saisis l’occasion. Peu importe si ce sont des filles ou des garçons. Je n’ai jamais eu envie d’être étiqueté comme “spécialiste” des garçons ou filles. Je suis un entraîneur passionné avant tout. Cette première longue expérience m’a beaucoup apporté, je suis certain que celles qui arrivent m’apporteront aussi énormément. »

 

• F.T. : A 29 ans, que représente ce nouveau projet de l'Élite Val d’Oise Handball ?

S.W. : « C’est mon deuxième club en tant qu’entraîneur principal et mon quatrième au total. C’est donc une étape importante dans ma construction professionnelle et personnelle. J’espère pouvoir apporter ma contribution dans ce projet d’évolution qui le mérite. »

F.T. : C’est un projet sur lequel vous aviez déjà un certain regard avant de le rejoindre ?

S.W. : « Oui en effet, je connais l'Élite de part sa belle saison l’an dernier, mais aussi il y a quelques années lorsque Saint-Gratien Sannois est monté en Proligue (en 2016-2017). C’est donc un projet que je suis depuis quelques saisons maintenant. Je connais beaucoup des acteurs des clubs et du projet territorial : Daniel Deherme (sourires), Youcef Aoulagha (mon nouvel adjoint), Samy El Jammal, David Labossière, Fabrice Le Roy, Michel Laurent pour ne citer qu’eux. J’ai la chance de pouvoir compter sur de nombreuses personnes qui pourront m’accompagner dans ce nouveau projet. EVOluons ensemble ! »

 

F.T. : Vous êtes proche de Daniel Deherme, l’entraîneur que vous remplacez. Il a connu de très beaux moments avec Saint-Gratien Sannois puis cette année avec l’Elite. Vous lui avez parlé, il vous a conseillé ?

S.W. : « Daniel est bien plus que cela, il est un ami, et évidemment on échange beaucoup à ce sujet. Au départ, lorsqu’il a appris l’intérêt des dirigeants, il m’en a touché un mot et, forcément, il a joué un rôle de conseiller et il m’a conforté dans l’idée de venir quand les échanges se sont intensifiés avec la direction de l’Elite. Il a fait un super boulot avec l'Élite Val d’Oise Handball cette saison et avec Saint-Gratien Sannois par le passé. Je discute avec lui sur ses ressentis quant à la suite à donner aux différents dossiers. »

 

F.T. : L’effectif a souvent été bouleversé depuis deux saisons. Cette année, il va bouger aussi mais avec un socle bien ancré. Quelle est la “connotation” que vous souhaitez lui donner, la tonalité du côté des recrues ?

S.W. : « On a essayé de faire avec les forces de cette équipe. Un groupe combatif, qui ne lâche rien. On a avec Youcef Aoulagha qui, je le souligne, a fait un job remarquable sur le recrutement, d’opter pour un dosage entre joueurs expérimentés et joueurs en devenir. Maintenant, il ne s’agit pas de poser des noms sur le papier, mais de créer un vrai groupe ! »

 

F.T. : Quels sont vos besoins, vos demandes, vos envies en ce domaine ?

S.W. : « Sur l’aspect sportif, la première mission que je me suis fixée est de mettre en place un staff de qualité. Je travaillerai donc avec Youcef qui sera entraîneur adjoint. Nous étudions aussi des pistes pour étoffer le staff, mais rien de validé à l’heure actuelle. L’évolution, ça passe aussi par cela ! »

 

F.T. : Il y a aussi une philosophie de jeu que vous voulez insuffler à l’équipe ?

S.W. : « J’aime les équipes impactantes en défense, qui font preuve de bonne agressivité et qui se projettent rapidement vers l’avant. J’ai de nombreuses idées sur le jeu, mais ma méthode est aussi celle du partage avec les joueurs. Donc, il faudra qu’on discute de tout cela dès la reprise et qu’on construise un projet partagé et collaboratif. »

F.T. : L'Élite Val d’Oise Handball, aussi jeune soit-elle, n’a connu que la N1, alors que le club de Saint-Gratien Sannois (son club support associé à Franconville pour les équipes adultes N1, N3 et N3 Filles), a évolué en Proligue durant une saison. On connaît les exigences du professionnalisme et son attrait. Quelles sont vos ambitions ? Retrouver ce niveau que vous venez de quitter avec Nice ?

S.W. : « L’ambition principale est de développer le niveau d’exigence sur le sportif. S'entraîner plus, avoir un staff de qualité, des joueurs investis et motivés. Ce sont les indicateurs que je me suis fixés. J’aimerais aller le plus loin possible avec l’Élite bien sûr, mais il s’agit surtout de participer à la construction sereinement étape par étape de notre parcours pour pouvoir viser le plus haut niveau. »

F.T. : Un mot sur notre équipe garçons de Nationale 3. On sait la difficulté d’avoir une équipe “réserve” Séniors, quand une autre évolue au-dessus. Vous êtes en toute logique sportive très impliqué dans le recrutement global des deux collectifs. Quelle est votre ambition pour cette équipe-là, dans laquelle la plupart des joueurs ont moins de 23 ans comme le prévoit le règlement fédéral et dont les résultats sont forcément fluctuants de par la continuité de leur apprentissage et l’évolution du groupe?

S.W. : « On ne peut pas concevoir durablement la performance de l’équipe première sans penser à l’émergence d’une équipe réserve de qualité, individuellement et collectivement. Les personnes qui sont au club depuis de nombreuses années font un travail remarquable. La formation est la genèse même du projet de l'Élite Val d’Oise Handball. Il faut ainsi la renforcer de par les actions mises en place et que l’on mette tout en œuvre pour favoriser l’apparition de jeunes talents sur nos territoires dans l’équipe première de Nationale 1. Encore une fois, l’évolution d’un joueur compétitif passe par là ! »

F.T. : Beaucoup disent que le Val d’Oise est un des départements les mieux structurés d’Ile-de-France. Il se doit d’avoir une équipe au plus haut niveau, comme Tremblay (Seine-Saint-Denis), Massy (Essonne), Créteil et Ivry (Val de Marne), Paris 92 (Hauts de Seine) et Pontault-Combault (Seine et Marne). Qu’en pensez vous ?

S.W. : « C’est vrai, le Val d’Oise mérite un club de haut niveau. De nombreux éléments confortent cette position. Je pense que c’est également le projet des deux présidents de l’Élite. Mais cette construction va prendre du temps et il ne faut pas se précipiter.

Le plus important est de structurer l’organisation et de développer les ressources financières des clubs. Ce sont les missions qui ont été confiées à Samy El Jammal, qui sera le manager du club. La suite sur le sportif suivra logiquement. Il s’agit de s’appuyer sur les forces en présence et notamment la belle structuration du Comité Départemental du Val d’Oise. »

F.T. : Que faut-il vous souhaiter pour cette première saison dans le 95 ?

S.W. : « J’espère une reprise en août prochain déjà ! Avec le contexte actuel, beaucoup d’éléments sont flous, donc juste ça, ce serait déjà très bien ! Pour le moment, restons chez nous s’il vous plaît ! »

• F.T. : Dernière question, mouillez-vous Safwann : 93 ou 95 ?

S.W. : « Je viens d’Antony dans le 92, au carrefour du 91 et 94. J’ai travaillé à Noisy-le-Grand, le 93, qui est au carrefour du 77 et 94. J’ai habité aussi dans le 75. Donc, je dirai que je suis Francilien avant tout ! »

 

 

Par Frédéric THOOS (Elite Val d’Oise Handball)

 

 

Son C.V.

Né le 5.11.1990 à Chatenay-Malabry (92)

Joueur à l’US Métro jusqu’en N3 en 2011

 

- Clubs

2014 et 2017 : 2 fois vice-champion de D2 Filles avec l’Entente Noisy/Gagny

2019 : Descente de D2 F en N1 F

2020 : Montée de N1 F en D2 F

2020 : Maintien avec le Cavigal Nice en Proligue

 

- Comité de Seine-Saint-Denis

2015 : Champion de France Intercomités avec la sélection féminine du 93

 

- Universitaire

2016 : Champion de France Grandes Ecoles avec Sciences Po Paris

 

- Distinction

2017 : Nominé parmi les meilleurs entraîneurs de D2 F.

Partager sur